Vous souvenez-vous de cette excellente chronique Tagada Jones 20 ans faite par un chauve barbu plutôt beau-gosse il y de cela quelques mois sur le blog ? Oui ? Non ? En résumé j’y parlais de l’album cd/DVD anniversaire du combo de furieux français qui m’avait largement enjoué (ouais je ne sais pas si ça se dit encore des masses).

Et bien les Jones sont de retour avec cet album Dissident que j’avoue avoir mis de coté un moment avant d’y revenir comme il se doit ; pourquoi ne pas l’écouter à réception ? Tout simplement parce que j’avais déjà éclaté la galette des 20ans dans tous les sens et que j’avais simplement besoin d’une pause Tagada pour y revenir de plus belle ! ET BORDEL C’EST BON ! Niveau musical on reste dans la soudure avec 20 titres (dont pas mal de collaboration et bonustracks) Harcore/Punk/Rock/métal que l’on aime chez eux !

Toujours aussi revendicateurs et revanchards, les Tagada nous en foutent plein la tronche aussi bien niveau parole que son, d’ailleurs big up pour la chanson Instinct Sauvage petite bombe sonique qui n’a rien a envier aux hardcoreux ricains que nous chérissons tant depuis des années ! J’ai bien du mal à choisir un titre en particulier, je trouve tout ce que j’aime dans ce disque : des bons textes, des bonnes instrus , de l’énergie et de l’intelligence : parfait !

Ce qui me plait vraiment le plus avec Tagada c’est qu’ils font parti de ces rares groupes french qui chantent français sans que cela ne me dérange à aucun moment pendant l’écoute (syndrome très connu du type : le rock en français c’est moins bien qu’en anglais).

Tout au long de l’album, interviennent ça et là des featurings intéressants Loran (Berurier Noir, Les Ramoneurs de Menhir) sur Karim et Juliette , Poun du groupe Black Bomb A , Reuno et Phil de Lofofora, Guizmo de Tryo, Vincent de Aqme et Stéphane Buriez de Loudblast; Voila une jolie brochette hein ? Enfin bref encore une jolie bombe du groupe enragé et engagé qui arrive encore à me faire croire que le rock FR a encore plus d’un tour dans son sac ! Bravo les gars ! Retrouvez l’album là, là et vers là :