AAh qu’il est bon de faire le bilan de son été qui vient juste de s’enfuir en repensant à tous les albums qui ont rythmé ses apéros et barbecues dont nous sommes si fans; un phénomène étrange sur lequel les scientifiques ne se sont jamais vraiment penchés est que bien souvent : soleil + short = écoutage de Punk Rock ! étrange non ??? La galette du délit cette fois-ci s’appelle Zebrahead – Call Your friends, petit récapitulatif pour les boubourses du fond qui ne connaissent pas les gars : Natifs du Comté D’Orange en Californie, le groupe vu le jour en 1996 par le chanteur et guitariste Justin Mauriello (ex-membre de Once There), le guitariste Greg Bergdorf (ex-membre de 409), le bassiste Ben Osmudson (ex-membre de 3-Ply) et le batteur Ed Udhus (ex-membre de 409) (en fait que des mecs issus d’autres formations pour résumer). Aux débuts du groupe tout va bien mais les groupes de pop-punk et ska-punk sont déjà légion dans leur région et le public est en demande d’originalité, boum youpi idée le groupe recrute le rappeur Ali Tabatabaee en tant que Mc pour distiller une bonne dose de hip-hop à leur son ! Et là magie ! La sauce prend vraiment et Zebrahead commence à sortir du trou !

zebrahead-2013

S’en suivent des années de vans warped tour, de tournées avec des groupes de rapcore, des teufs, des putes, des gros nichons, de séparations (Mauriello quitte le groupe fin 2004 et est remplacé par MattyLewis) de la bière et trouvent le temps jusqu’à aujourd’hui de sortir 10 albums pas tous excellents mais pour ma part j’y ai toujours trouvé à boire et à manger ! Je vous reparlerais d’anciens albums de ces petits fifrelins plus tard ! Nous voici donc en 2013 avec cette pochette assez suggestive ma foi qui je pense nous rappelle que tout homme (ou lesbienne) aimerait être réincarné en soutif dans une vie future ! Niveau son, nous commençons sur un Sirens assez prometteur mais qui prends vite des allures de b.o American Pie, oups, j’aime bien, mais pas pour du zebrahead quoi, bon continuons mais j’espère que ce n’est pas généralisé.

Hop piste 2 I’m Just Here for the Free Beer avec un titre comme ça je suis forcement aguiché et musicalement on est déjà moins dans le teenage punk mais ça reste assez léger; l’intro de la troisième chanson With Friends Like These, Who Needs Herpes? est vraiment bien foutue et je me rendscompte au fur et à mesure du titre que je l’aime vraiment bien, peut-être est-ce dû à ce coté un chouille plus heavy ? Toujours est-il qu’il est plus représentatif de ce qu’était Zebrahead avant , c’est à dire un bon combo original et pas juste une soupe pour mtv party; s’en suit call yout friends chanson titre de l’album et premier single choisi par le groupe ……………hum bon……….merde retour en début de chronique fait chier !

Bon après cela je vais vous la faire courte, tous les titres sont assez similaires malheureusement, peut-être Stick Em Up Kid! arrive t’il encore à redonner un peu de patate à la galette avec coté très The Offspring et mention spéciale pour Nerd Armor et Last Call titres un peu plus furieux donnant la nostalgie de l’époque ou Sugar ray savaient faire des titres énervés bien comme il faut. Le reste du disque n’est qu’alternance de ce genre pop-punk puis morceaux plus furieux (ou juste mieux construits??). Zebrahead nous livre 14 titres assez inégaux et pas très révolutionnaires, dommage j’en attendais plusde la part de ce groupe; mais les titres plus heavy rattrapent le bazar, donc un album à quand même écouter histoire de se convaincre qu’un retour aux sources est possible ………………